Fabrice Colin – La mémoire du vautour (Ed. Le Diable Vauvert)

Fabrice Colin est au nombre des auteurs que j’admire tout particulièrement, et dont chaque nouveau livre est meilleur que le précédent, qui déjà était très bon.
Issu du milieu de la SF et de la Fantasy, se touche-à-tout s’est aussi essayé à la BD et à la littérature dite de jeunesse, domaine ou soit dit en passant, il excelle (si vous ne savez pas quoi offrir à un jeune ado, achetez-lui un Colin !).
Je voudrais ici revenir sur son dernier livre, La Mémoire du Vautour, publié par Le Diable Vauvert, qui pour moi est son meilleur livre, fou, dense, passionnant ; un livre ambitieux aussi, un livre que je n’ai pu lâcher avant d’en avoir terminé la lecture.

Pourtant, il semble que l’ouvrage ne se soit pas très bien vendu et n’ait pas non plus été forcément bien reçu par les critiques, sans doute plus occupés à s’extasier sur le dernier Fréderic Beigbeder, autrement plus glamour et vendeur.
Sur son blog, Fabrice Colin revient très pudiquement sur cette affaire, mais l’on sent bien à le lire une certaine amertume. Un tel livre, on s’en rend compte à sa lecture, ne peut pas ne pas être important pour son auteur. Je pense sincèrement qu’il marque une étape majeure de son parcours, et j’ai peur qu’il s’imagine s’être fourvoyé au vu de son accueil.

C’est vrai, il est difficile, et pour tout dire futile, de résumer l’intrigue. Je vous donnerai le « pitch » qu’utilise son éditeur, et qui à mon avis résume plutôt bien les choses :  » Au fil d’une narration implacable conduite sur le mode de la quête, Fabrice Colin développe une réflexion philosophique sur la mort, la mémoire et la réincarnation, quelque part entre David Lynch et Möbius. »

Aujourd’hui, la surproduction littéraire et la baisse du marché du livre font que les livres restent assez peu sur les tables des librairies, lorsque les ventes ne suivent pas.
Sorti il y a déjà plusieurs semaines, La Mémoire du Vautour risque fort de disparaître des rayonnages rapidement si vous lecteurs l’achetez pas.

Et croyez-moi, ce livre vous déroutera peut-être, mais il vous touchera, c’est une évidence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s