Suprématie du papier

– je peux lire dans mon bain
– je peux laisser traîner mes livres par terre chez moi sans risque
– je peux m’asseoir par erreur sur un livre
– je peux sortir un livre dans les transports publics sans craindre de me le faire voler
– je peux acheter un livre dans une librairie sans que cela soit consigné dans une base de données
– je peux lire même quand la batterie de mon téléphone est vide
– je peux prêter ou donner mes livres à mes amis
– je peux faire tomber mon livre dans l’escalier, même du troisième étage
– je peux corner les pages de mes livres si j’en ai envie
– je peux déchirer les pages d’un livre
– je peux allumer un feu dans ma cheminée avec un (mauvais) livre
– un livre peut me servir d’herbier et, au détour d’une page ouverte au hasard, me ramener des années plus tard un souvenir oublié
– je peux classer mes livres selon mes désirs
– je peux, assis dans mon fauteuil, prendre plaisir à regarder mes livres alignés dans leurs bibliothèques
– je peux caresser dans la pénombre la tranche de mes livres et en retirer un plaisir sensuel
– je peux me casser le dos à chaque déménagement à en porter les cartons

Image extraite du film Hearts of the west (1975)