Albéric d’Hardivilliers – L’écriture de l’ailleurs, petits propos sur la littérature nomade (éd. Transboréal)

Un livre suscite souvent un désir de départ. Qui n’a eu envie de découvrir Carthage après avoir lu Salammbô ? Quant à la lecture en voyage, elle permet à la fois de s’abstraire de la réalité qu’on aborde et de la mieux observer, la mieux comprendre. L’association que le voyageur tisse entre un pays et un auteur est parfois si forte que sa visite est tout entière perçue à travers le prisme de la relation que tel écrivain-voyageur ou tel romancier en a laissée. Venise avec Proust, Alexandrie avec Durrell, l’Afrique avec Conrad, l’Afghanistan avec Ella Maillart, l’Australie avec Chatwin : voyager en compagnie d’un écrivain permet d’établir une fructueuse comparaison entre le passé et le présent d’un lieu, mais aussi d’en affiner sa propre perception par le reflet de celle d’autrui. C’est aussi l’occasion de découvrir les écrivains du pays dans lequel on séjourne, voix vivantes qui incarnent mieux l’âme d’un peuple que les monuments. L’exercice de l’écriture bénéficie lui aussi du dépaysement. Qu’aurait été Le Petit Prince sans la panne « à mille milles de toute terre habitée » que connut son auteur ? Écrire en voyage devient une manière d’exorciser à la fois la nostalgie de ses propres racines, du lieu et des amitiés que le voyageur s’apprête à quitter. L’écriture de l’ailleurs permet aussi, en notant impressions, émotions et observations, de conserver une trace de l’élan spontané de la découverte, quitte à transformer le carnet en récit, et partager ainsi l’expérience vécue avec un futur lecteur, qu’un livre lancera à son tour sur les routes…

écriture de l'ailleurs J’ai déjà évoqué sur ce blog Albéric d’Harvivilliers, à l’occasion de l’article consacré au livre de Matthieu Raffard, La soif d’images, petites révélations sur la lumière et la photographie, aux éditions Transboréal. C’est chez le même éditeur — et dans la même collection —, qu’a paru ce petit ouvrage sur la littérature et l’écriture de voyage.
Pas de recettes toutes faites ici, ni même de définition bien précise de ce qu’est un écrivain voyageur, mais bien plutôt une réflexion sur le voyage et ce qu’il change en nous, et de ce que les livres que nous avons lus convoquent en nous d’images d’ailleurs.
Des connexions se font, des passerelles sont jetées d’un texte à un autre, d’un endroit à un autre, associations de lieux et d’idées qui viennent instruire et enrichir le voyage en cours. C’est cette familiarité des textes qui rend les paysages visités à la fois si proches et si étrangers, selon qu’ils répondent (parfois trop) à l’image mentale que nous en avions ou, au contraire, qu’ils viennent briser nos certitudes et nos a priori.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s